30 juin 1940

Le 30 juin, la RAF décide de viser le dépôt de carburant de Massaua depuis le Soudan. A cet effet, cinq Wellesley du 223 Squadron RAF sont envoyés à 4 h 35. La mission n’est pas de tout repos, puisque les équipages font face à une très forte DCA ainsi que des chasseurs ennemis sont rencontrés au-dessus de l’objectif. Le Wellesley K7724 est endommagé, tandis que le L2694, quant à lui, est abattu par les chasseurs de la 412a Squadriglia CT qui revendique deux bombardiers abattus, l’un étant crédité au Serg Magg Luigi Baron, et le second au Ten Mario Visintini1. Les trois Wellesley restants atterrissent à 10 h 30, ce qui conclut un mois de juin très actif pour le Squadron.

Enfin, le 39 Squadron RAF termine le mois par une mission aux résultats surprenants. En effet, le Blenheim L4910 décolle, à 15 h 10, en direction de Djibouti avec à son bord plusieurs Officiers de renseignements. Si aucun détail n’est rapporté quant à l’objectif poursuivi, les pilotes rentrent à Sheik Othman avec trois caisses de champagne.

Durant cette période la SAAF aura quasiment été absente du ciel d’Afrique de l’Est en raison de modification dans ses effectifs.

En effet, les 21 membres du 11 Squadron SAAF reçoivent l’ordre, le 18 juin, de rentrer en Afrique du Sud afin de prendre livraison de quinze Fairey Battle destinés à rééquiper l’unité. Dans le même temps, les Hartbees sont immédiatement récupérés par le nouveau 40 Squadron SAAF sous le commandement du Maj James Durrant, avec un effectif de 28 pilotes (la plupart tout juste formés) et 92 membres du personnel au sol. Si l’ordre de départ est donné dès le 10 juin, celui-ci est retardé, lorsque douze Hartbees reçoivent instruction de partir pour Durban afin de rechercher deux navires Italiens ayant quittés le port la nuit précédant la déclaration de guerre. La mission est un échec et de graves problèmes dans le système de largage des bombes sont signalés, rendant les appareils inopérants. Finalement, le 18, seuls quatre avions sont jugés en état de combat et envoyés en direction de l’Afrique de l’Est (dont deux seront perdus lors du transfert), tandis que le reste des membres du Squadron prennent place dans des Ju 52 afin de récupérer ceux du 11 Squadron SAAF. Finalement, le A Flight est déclaré opérationnel à Isiola, le 25 juin, et le B Flight à Nairobi le 28.

Enfin, la SAAF reçoit le renfort du n° 1 Survey Flight. En effet, alors que la SAAF commence son déploiement au Kenya, les responsables militaires sont rapidement confrontés au manque de cartes précises de la région. Pour remédier à ce problème, et face au manque de moyens britanniques disponibles, le commandement de la SAAF décide l’envoi, sous les plus brefs délais, d’un Squadron spécialisé dans la reconnaissance stratégique. Problème, même en fouillant dans les tiroirs, aucune unité pour ce type de mission n’est disponible. Il existe bien une School of Photography (67 Air School), mais elle est limitée à des feuilles de papier dans les rapports de la SAAF. Finalement, en cherchant bien, on finit par trouver quelques spécialistes et à défaut d’un Squadron complet, l’ordre de création d’un Flight est décidé le 10 juin avec ordre de rejoindre au plus vite le Kenya. Celui-ci est très modeste puisqu’il n’est composé que d’un pilote, le Capt. Samuel Scott et d’un Envoys, les n° 2522 soit un appareil déclassé et obsolète. Il n’est, dès lors, guère surprenant que sa présence ne sera qu’anecdotique pendant plusieurs mois.

________________________________________________________________________________________________________

1 Selon une lettre envoyé, par le pilote, le 1er juillet : « hier (…), mes chasseurs sous mon commandement ont abattu deux appareils, l’un étant à mon crédit (…) ». (via Ludovico Slongo).

2 Un second Envoy, le n°253, est initialement prévu. Malheureusement, il s’écrase au sud de Pietersburg dès la première étape du transfert vers le Kenya, tuant tout son équipage (2/Lt Müller ; F/Sgt M. Höll ; A/Mec C.R. Wild)

Pertes Commonwealth

223 Squadron RAF

Wellesley K7724

Fg Off Ross – LAC Giddings

Endommagé en combat aérien ou par la DCA, rentre à sa base.

223 Squadron RAF

Wellesley L2694

Sgt Bernard Poskitt – LAC Lewis P. Jepp

Abattu en combat aérien, Massaua

Revendications Italie

412a Squadriglia CT

1 Wellesley abattu

Ten Mario Visintini

Combat aérien, Massaua.

412a Squadriglia CT

1 Wellesley abattu

Serg Magg Luigi Baron

Combat aérien, Massaua.

Publicités

2 réflexions au sujet de « 30 juin 1940 »

  1. Catherine

    Bonjour, merci pour ce site particulièrement intéressant. Auriez vous connaissance d’un bombardement italien ou anglais en juin sur la ligne de chemin de fer au niveau de la frontière entre Djibouti et l’Ethiopie. J’ai des photos des dégâts occasionnés (voie bombardée et arrachée ; château d’eau, grue hydraulique et station de pompage déruits à Ali Sabieh ; pont de Diasbiou) et aimerais en connaitre un peu plus ne connaissant qu’une date approximative de juin 1940. Merci de votre aide.

    Répondre
  2. ajcrou Auteur de l’article

    Bonjour,
    Présentement, je ne pourrais vous donner une réponse. Je dois au préalable chercher dans ma documentation. Pas évident sans date précise, surtout que les opérations (terrestres et aériennes) sur le territoire de Djibouti sont très peu documentées. Par exemple, je n’ai personnellement pas été capable de trouver la moindre documentation sur l’action de l’escadrille française basée sur place durant la courte période de combat de juin 1940.

    1° S’agissant de la RAF :

    Je n’ai pas connaissance d’attaques aériennes menées contre le territoire de Djibouti. Si c’est le cas, uniquement après l’armistice du 24 juin 1940. Et vu les hésitations des autorités françaises locales pendant plusieurs jours sur la conduite à adopter, je doute que les Britanniques aurait organisé une telle attaque fin juin. Néanmoins, je vais regarder dans les ORB des Squadrons de la RAF.

    2° S’agissant de la Regia Aeronautica :

    C’est l’hypothèse la plus probable. Les dernières opérations contre Djibouti étant signalées au 24 juin, cela laisse entre le 10 et le 24 juin.
    Par contre, j’ai noté que plusieurs combats sont signalés dans ce secteur : « At 18 June 1940 Italians made their first attack on French positions, advancing down the railway line towards Ali Sabieh. Heavy fighting (tanks and aircraft were used) continued til 25th of June, when unbeaten Frenchmen got direct orders from homeland to case fire. « .
    Ce qui pourrait laisser penser à un bombardement italien.
    Problème : D’une part, je ne dispose qu’aucun document d’archive italien (la grande majorité ayant été détruit vers la fin de la campagne à l’été 1941) pour chercher plus en détail. D’autre part, les rares auteurs anglo-saxons s’étant intéressés au sujet ignorent totalement le cas de Djibouti (il est vrai que la littérature française est encore plus pauvre). Donc, difficile d’avoir des informations supplémentaires. Je vais, toutefois, contacter demain un chercheur italien pour savoir s’il aurait de la documentation en la matière.

    Bien Cordialement
    Alexis ROUSSELOT

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s