Archives pour la catégorie 1920 : Première liaison aérienne vers l’Afrique du Sud.

1920 : Première liaison aérienne vers l’Afrique du Sud

NB : le court texte suivant est constitué par l’extrait (résumé) d’un article en court de rédaction sur les origines de la SAAF.

Toutes remarques, corrections, avis, compléments ou autres, sont toujours les bienvenus.

1920 : Première liaison aérienne vers l’Afrique du Sud.

Après la WWI, conscient de l’avenir du transport aérien, Londres décide de confier au British Air Ministry la charge de préparer la création de routes aériennes destinées à desservir l’ensemble de l’Empire. À cet effet, plusieurs aérodromes sont, notamment crée en Afrique entre Le Caire et Cape Town.

Début 1920, le Times offre le financement et la mise à disposition du Vickers Vimy G-EAAV aux volontaires pour relier l’Angleterre à Cape Town.

Deux anciens pilotes du RFC/RAF se proposent, les Captains F.C. Broome et S. Coxkerell et décollent dès le 24 janvier. La traversée de l’Europe se déroule sans problème majeur puisque l’appareil atteint Le Caire, le 3 février.

Cette nouvelle déclenche la panique à Pretoria puisque le nouveau premier ministre, le Général Jan Smuts s’est promis que la première liaison vers l’Afrique du Sud ne devait en aucun cas être le fait des Britanniques.

En urgence, le gouvernement sud-africain acquiert son propre Vickers Vimy (G-UABA « Silver Queen »), et charge deux pilotes : Lt-Col Pierre van Ryneveld et Flight Lieutenant Quintin Brand (initialement à Londres pour superviser l’achat d’appareils pour la futur SAAF) de réaliser les premiers cette liaison stratégique malgré le retard important. En effet, le Silver Queen ne peut quitter l’Angleterre que le 4 février.

L’équipage du Times quitte rapidement Le Caire (6 février), mais l’appareil souffre de nombreux problèmes de surchauffe obligeant à des réparations régulièrement. Finalement, le 27 février, au départ de Tabora (Tanzanie), l’un des moteurs s’arrête et l’appareil est totalement détruit forçant son équipage à renoncer.

Dans le même temps, les Sud-Africains conscients de l’importante mission qui leur est confiée décident de rallier Le Caire à toute vitesse se reliant aux commandes de l’appareil pour voler de nuit. Cependant, ils ne peuvent arriver en Égypte que le 9 février. Ayant déjà 3 jours de retard, décision est prise de repartir immédiatement à 23h30 (après seulement 4 heures d’arrêt) en direction du Soudan. Mais, soumis, à rude épreuve le moteur gauche ne tient pas et un atterrissage forcé est effectué le long du Nil. Malheureusement, l’appareil heurte plusieurs rochers et le fuselage est totalement détruit, l’équipage s’en sortant pas miracle.

Déterminé à terminer premier, le gouvernement sud-africain autorise l’équipage a effectuer toutes les dépenses nécessaires pour remettre l’avion en état de vol. Deux moteurs et diverses pièces sont, alors, immédiatement achetés auprès du dépôt de la RAF Égypte, et le Silver Queen II peut reprendre son périple à partir du 26 février. 

Continuant à train forcé, les Sud-Africains réussissent en 48 heures à atteindre Abercorn en Northern Rhodesia (Zambie), le 28 février à 14 h 45 où ils apprennent le forfait de leurs adversaires.

Cependant, un problème technique oblige l’appareil à se poser à Ndola (Zambie), le lendemain à 12 h 45 où ils sont surpris par un violent orage rendant le terrain inutilisable jusqu’au 5 mars. Date à laquelle, ils atterrissent à Bulawayo en Southern Rhodesia (Zimbabwe). Un télégramme est, alors, envoyé à Pretoria indiquant qu’ils espèrent franchir la frontière sud-africaine d’ici 24 heures.

À cet effet, les réservoirs de carburants sont remplis au maximum, malgré quelques inquiétudes vis-à-vis d’une ligne d’arbres à l’extrémité immédiate de la piste. La crainte s’avère juste puisqu’au décollage, le 6 mars, l’appareil ne réussit pas à prendre suffisamment d’altitude et heurte les arbres. L’équipage s’en sort encore miraculeusement, mais le Silver Queen n’est désormais plus réparable.
(à noter que Bulawayo est à environ 1 500 mètres d’altitude).

Apprenant qu’un nouvel appareil s’apprête à partir d’Angleterre, le premier ministre sud-africain demande que toutes les mesures soient prises pour trouver un avion disponible et l’envoyer à Bulawayo pour compléter le vol.
Par chance, l’Afrique du Sud vient de recevoir les premières caisses contenant les avions achetés en Angleterre pour constituer la future force aérienne du pays. Le Major Court-Treatt, nouveau responsable du matériel, décide de faire assembler en urgence, l’un des DH-9. La tâche est rapidement effectuée, et le 15 mars, l’appareil symboliquement dénommé Voortrekker prend les airs depuis Pretoria, avec aux commandes le Lieutenant Holthouse, pour arriver à Bulawayo après 4 heures de vol.

Finalement, les Lt-Col Pierre van Ryneveld et Flight Lieutenant Quintin Brand repartent le 17 mars à 06h30 pour finalement rejoindre Cape Town, trois jours plus tard.

Deux photo du Vimy financé par le Times

1

2

Le Silver Queen, au départ d’Angleterre. Pierre van Ryneveld (à gauche) et Quintin Brand (à droite). 4 février 1920.

1

Première photo aérienne (chutes Victoria) depuis le Silver Queen II

2

Pierre van Ryneveld et Quintin Brand, aux chutes Victoria

10

Le Silver Queen II à Bulawayo, 5 mars 1920

3

4

Pierre van Ryneveld (debout) et Quintin Brand (assis) à Bulawayo

9

Le Silver Queen II, lors de son décollage raté de Bulawayo, 6 mars 1920

5

Le Silver Queen II détruit au décollage à Bulawayo, 6 mars 1920

6

Le DH-9 Voortrekker

7

8

Arrivée à Cape Town. Pierre van Ryneveld (à gauche) et Quintin Brand (à droite)

11