Archives pour la catégorie actualités

News 18/01/17

News 15/01/17

News 14/01/17

News 07/01/17

News 03/01/17

Bonjour,

Parfois, on est confronté à des documents que l’on est à la fois heureux et tristes de découvrir. C’est le cas de ceux que je vous invite à découvrir sur une page consacrée au Sergeant Francis H. Banfield. Document d’un grand intérêt pour le côté historique, mais aussi en permettant d’illustrer la vie d’un des membres d’équipages parmi d’autres du No.203 (RAF) Squadron. Néanmoins, on ne peut qu’éprouver une profonde tristesse à lire la lettre du Squadron Leader Solano adressé à la mère du Sergeant Banfield suite à son tragique décès lorsque son Blenheim tombe en mer. On ne peut qu’imaginer la détresse de cette dernière à la réception du télégramme annonçant une nouvelle aussi dramatique. Cependant, c’est aussi l’occasion d’avoir une petite pensée pour cet homme tombé si loin de chez lui. Merci à Alistair Taylor de m’avoir très aimablement autorisé à les partager.

https://aviationaoi.wordpress.com/2017/01/04/documents-relatifs-au-sergeant-francis-h-banfield/

Pour le reste :

News 02/01/17

Bonjour,

Tout d’abord, et comme de tradition, je présente à tous les lecteurs du site internet, mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2017, ainsi qu’à vos proches. Que celle-ci vous apporte bonheur, santé, joies familiales et réussites professionnelles.

I wish you an Happy New Year and a lot of good thinks for 2017, hoping that it will bring you everything that you could desire for you and your family.

Sincèrement / Yours sincerely

Alexis Rousselot

 

Information livre

Bonjour,

Un petit message très rapide pour signaler la publication d’un livre consacré aux opérations en Afrique de l’Est.

STEWART, Andrew. The First Victory: The Second World War and the East Africa Campaign. Yale University Press, 2016. 328 pp.

1

Je viens juste de recevoir le livre, donc uniquement commencer la lecture. Mais, quelques observations, je ferais en sorte d’en fournir une critique plus complète ultérieurement.

Tout d’abord, il s’agit clairement d’un ouvrage de type universitaire, comme le prouve d’une part le CV de l’auteur et d’autre part l’éditeur. En outre, la consultation de la bibliographie (9 pages + les nombreuses notes) renvoi essentiellement vers ce type d’ouvrages. Il est dommage de ne pas y trouver certains livres — articles provenant davantage de passionnés et non d’universitaires.

Ensuite, comme le titre l’indique, il s’agit d’une analyse de la campagne sous l’angle britannique, ou plus exactement comme l’explique l’auteur sur l’armée britannique, mais aussi la participation essentielle (et souvent négligée dans d’autres livres) de plusieurs membres de l’Empire. La majorité des sources consultées par l’auteur proviennent des archives britanniques, d’ouvrages relatifs aux unités terrestres engagées et des archives sud-africaines, voire du Kenya. Les archives italiennes ne sont pas mentionnées dans la liste des sources. C’est, en outre, confirmé par l’auteur dans son introduction, il laisse l’étude du côté italien à d’autres auteurs. Effectivement, les livres consultés ne sont que les classiques Del Boca ou l’étude de l’Ufficio storico (qui date de 1952). Malheureusement, cette étude ne viendra clairement pas combler ce point. C’est dommage, mais cela confirme aussi le manque criant de documentation et de sources sur les Italiens durant la campagne d’AOI.

Enfin, l’aspect aérien est quasiment voir totalement absent. En tournant rapidement les pages, je n’ai trouvé que de très rares mentions sur l’activité aérienne. Remarques qui sont, par ailleurs, souvent de mauvaise qualité. Je pense notamment à un paragraphe faisant référence « aux obsolètes Bristol sud-africains » (la SAAF n’a jamais employé d’avions de ce constructeur en Afrique de l’Est), ainsi qu’aux « Hartebeeste de la SAAF pilotés par des Rhodésiens du sud » (j’ai déjà expliqué pourquoi le terme de Hartebeeste est pour moi inapproprié et provient davantage d’une mauvaise transcription dans les documents britanniques et qu’il convient d’utiliser celui de Hartbees ; en outre, l’unité de la Southern Rhodesia avait été intégrée auprès de la RAF et non de la SAAF, dans tous les cas, ces derniers n’ont jamais piloté des avions sud-africains). Globalement, on voit clairement à travers d’autres mentions que les connaissances de l’auteur sont très limitées (voire erronées) dès qu’il parle d’aviation, et que cette dernière est la grande absente de l’étude. C’est dommage, car on ne peut négliger le rôle joué par cette dernière dans la réussite de la campagne (notamment lors de l’offensif au sud, que l’auteur cherche pourtant à mettre largement en avant), mais aussi dans les objectifs du commandement britannique. La neutralisation des aérodromes italiens, notamment en Érythrée, était jugée prioritaire pour supprimer tout risque sur la navigation en mer Rouge.

Pour le reste (mais à confirmer à la lecture), le livre semble de grande qualité sur le plan des opérations terrestres, ainsi qu’en expliquant longuement la stratégie britannique (ou plutôt anglo – sud-africaine). De longs développements semblent, en outre, être consacrés à la situation politique du secteur notamment les problèmes de rébellion à Aden (qui obligeront, notamment, la RAF à distraire durant les mois d’octobre à décembre une partie de ces moyens très limités pour mater et rétablir l’ordre dans le Protectorat. Enfin, plus éléments semblent être fournies sur le cas des « Patriotes éthiopiens », ainsi que sur l’élimination des dernières troupes italiennes et tensions orchestrées par le parti fasciste [une population civile italienne non négligeable restant sur place] après novembre 1941.

Dommage, par contre, que les illustrations [photographies] soient faméliques avec environ 10 pages au milieu et la qualité d’impression très moyennes.

Ces premières impressions seront, donc, à confirmer ou infirmer après la lecture. Néanmoins, on ne peut que féliciter la publication d’un ouvrage récent sur un tel sujet.

 

News 21/11/39

Bonjour (ou Bonsoir, selon l’heure de lecture).

Quelques lignes pour signaler plusieurs informations relatives au site internet. En effet, après plusieurs mois de pause pour diverses raisons, notamment un manque de temps libre avec les obligations professionnelles, ainsi que le besoin d’une petite pause pour retrouver l’envie, le site internet devrait retrouver une activité plus régulière afin de continuer cette chronique des opérations aériennes durant la campagne d’Afrique de l’Est. Après une certaine accalmie dans les événements en raison d’une certaine pause opérationnelle de la RAF (lié à un épuisement des moyens aériens et à la transformation de plusieurs unités) et d’une volonté d’économie de la part de la Regia Aeronautica, la fin octobre — début novembre marque une nouvelle étape. En effet, le déploiement du No.1 (SAAF) Squadron avec ses Gladiator au Soudan et l’arrivée du No.3 (SAAF) Squadron avec ses Hurricanes au Kenya permet au Commonwealth de bénéficier d’appareil de chasse sur l’ensemble du front. En parallèle, la SAAF se lance rapidement dans une stratégie visant à matraquer et éliminer la Regia Aeronautica au sol par l’utilisation de ses Fairey Battle et chasseur afin de compenser le manque d’entraînement de ses pilotes pour la majorité tout juste sortie de l’école. Cet objectif continue durant le mois de novembre, puis décembre à une forte augmentation de l’activité aérienne. Dans le même temps, une série de réunion entre le commandement britannique et sud-africain (qui manquera de tourner au drame lorsque suite à une erreur, plusieurs chasseurs sud-africains sont tout près d’abattre l’avion transportant leur Premier ministre, ainsi que plusieurs généraux sud-africains et britanniques) continue à l’édiction de plusieurs directives afin de préparer l’offensive de janvier 1941.

Le déroulement de cette chronique se fera désormais à un rythme plus régulier, mais en alternance avec un autre projet consacré au No.615 (County of Surrey) Squadron. Pour information, je consacre une partie de mon temps libre à la pratique de la simulation aérienne (c’est l’origine indirecte de mon intérêt pour l’histoire de l’aviation et de l’histoire militaire). Toujours est-il que, dans le cadre de cette activité de loisirs, j’ai été conduit à devoir me renseigner sur ce Squadron de la Royal Air Force. Or, force est de constater que la littérature aéronautique a fait l’impasse sur cette unité. Une rapide recherche montre l’absence d’ouvrages de fonds à son sujet, tandis que l’internet est relativement muet dessus. Pourtant le No.615 (County of Surrey) Squadron est loin d’avoir une histoire sans intérêt durant la guerre. Unité relevant de la Royal Auxiliary Air Force, il est pourtant envoyé dès novembre 1939 en France. Choix, il faut le reconnaître, relativement curieux pour un Squadron équipé d’un avion obsolète avec le Gloster Gladiator et d’une majorité de pilotes réservistes avec une expérience des plus réduites. Il connaîtra dans ses rangs plusieurs pilotes connues comme le Sud-Africain Petrus Hugo, les Britanniques Hendley Fowler et Neville Duke ou les Français René Mouchotte et Henry Lafont. Sa participation ne sera pas limitée à l’Europe, puis il sera transféré en 1942 vers l’Asie pour participer notamment aux combats à Burma. Une activité très riche et pourtant partiellement oubliée. 

Le but de ce nouveau petit site internet sera, donc, de découvrir l’histoire de ce Squadron relativement oublié :

https://615squadron.wordpress.com/

À noter que le site internet relate pour l’instant uniquement les événements de l’année 1939 et en français (une version anglaise est, cependant, en préparation pour les prochains jours).

Bonne lecture.