Archives pour la catégorie Forces italiennes

Forces italiennes

Selon différentes sources, l’Italie dispose en AOI d’une force assez considérable, sous le commandement du Duc d’Aoste, constituée de 250 à 280 000 hommes, dont 91 000 Italiens et 200 000 Askaris (troupes coloniales). Ces dernières, représentant environ 70 % du total, sont de qualités très diverses. Si les contingents érythréens vont rapidement être craints et réputés comme parmi les meilleurs soldats déployés par l’Italie, ceux provenant d’Abyssinie n’auront pas la même efficacité. Initialement recrutées afin d’assurer des missions de polices coloniales (avec l’équipement correspondant), peu sûres, celles-ci déserteront en grand nombre au fur et à mesure de l’avancée des troupes du Commonwealth.

La qualité des unités « blanches » est aussi très hétérogène. En réalité, seule une unité régulière de l’armée italienne est présente, en l’occurrence, une division des Grenadiers de Savoie, auquel s’ajoute un bataillon de chasseurs-alpins (qui s’illustrera lors de la bataille de Keren) ; le reste étant constitué d’éléments auxiliaires : unités territoriales et bataillons de Chemises Noires.

L’ensemble des forces terrestres italiennes était équipé d’environ 3 000 mitrailleuses, 24 tanks M11/39, plusieurs tankettes L3/35, 126 véhicules blindés et 813 pièces d’artillerie.

Les Italiens et leurs troupes rencontrèrent trois problèmes majeurs. Premièrement, leur isolement géographique, par rapport à la métropole, rendait difficile, voire impossible, l’envoi de renforts et d’approvisionnement. Deuxièmement, ils étaient démunis face aux maladies endémiques de la région, en particulier la malaria. On estime que près d’un quart des hommes défendant Amba Alagi durant le siège d’avril 1941 en souffraient, y compris le commandant Amédée II, Duc d’Aosta. Ce dernier décéda de la tuberculose le 3 mars 1942, alors qu’il était détenu par les Britanniques. Troisièmement, la situation « de rébellion latente » en Abyssinie force les Italiens à conserver en permanence, en dépit des nécessités du front, un certain nombre d’unités sur place pour maintenir l’ordre et lutter contre les partisans.

La stratégie italienne en AOI est assez simple et consiste à assurer la survie de l’Empire en attendant la suite des événements. L’objectif est, dans un premier temps, de prendre l’initiative en direction de la Somalie britannique afin de frapper un grand coup dans l’optique de décourager toutes velléités du Commonwealth, puis d’attendre l’évolution du conflit (capitulation du Royaume-Uni, prise de l’Égypte suite à l’offensive en Afrique du Nord…). Cette stratégie, qui s’explique notamment par la nécessité pour le commandement italien d’épargner son capital militaire faute de renfort potentiel dans l’immédiat, eut pour conséquence de priver les Italiens du fort avantage qualitatif et quantitatif initial. En effet, les Britanniques craignaient au début une attaque contre l’Égypte par le SoudanCette tactique sera encouragée, par l’efficace renseignement anglais, qui fît croire à une concentration de forces conséquentes le long des frontières.

Sur le plan aérien, la Regia Aeronautica, dont le Comando Aeronautica Impera était basé à Addis-Ababa sous les ordres du général Pietro Pinna, était articulée sur trois secteurs : le nord (Asmara), le centre (Addis-Ababa) et le sud (Mogadiscio). Au plan opérationnel, il dispose au total, de 138 bombardiers, 36 avions de chasse et 9 avions de reconnaissance. Par ailleurs existe une réserve de 140 appareils dont seulement 59 utilisables (35 Ca 133, 1 SM 81, 1 SM 79, 5 CR 32, 2 Ro 37), tous les autres étant en réparation (48 Ca 133, 16 SM 81, 2 SM 79, 11 CR 32, 2 CR 42, 2 Ro 37). Enfin, un groupe de transport aérien composé de 9 SM 73, 9 Ca 133, 6 Ca 185 et 1 Fokker FVII est disponible pour le transport d’hommes et de matériel. La Regia Aeronautica possède, aussi, les réserves suivantes : 107 000 tonnes de carburants AVIO, 5 300 tonnes de bombes, 8 620 000 cartouches et 500 moteurs divers. Le service de réparation des avions est garanti par les ateliers locaux de Piaggio et Caproni, ainsi que les SRAM, ces derniers effectuant en moyenne 15 révisions complètes par mois, en plus des petits travaux de routine. En vue de la guerre et de l’isolement à venir de l’AOI, un programme de renfort est proposé en 1939. Le 41 Stormo avec ses 36 avions S 79 devait gagner l’AOI en survolant l’Égypte ; tandis que 26 autres, en remplacement de Ca 133, devaient gagner la colonie par voie maritime. En outre, un envoi par mer de matériels, carburants et munitions devait en garantir l’autosuffisance. La tournure prise par les événements ne permit la réalisation que d’une petite partie de ce programme. Seuls 18 S 79 et 36 Fiat CR 42 purent être transférés par voie aérienne à cause de l’interdiction de survol de l’Égypte en janvier 1940.

Ordre de bataille de la Regia Aeronautica en AOI (chiffre de juin 1940) 

Secteur nord (Asmara)

25 bis Gruppo BT (Gobwen) : Ca 133

  • 8a Squadriglia : 6 Ca 133
  • 9a Squadriglia : 6 Ca 133 

26 bis Gruppo BT ( Gondar) : Ca 133 / S 81

  • 11a Squadriglia (Gondar) : 6 Ca 133
  • 13a Squadriglia (Bahar Dar) : S 81 (conversion) 

27 bis Gruppo BT (Assab) : 18 Ca 133

  • 18a Squadriglia
  • 52a Squadriglia
  • 118a Squadriglia

 28 bis Gruppo BT (Zula) : 12 S 81

  • 10a Squadriglia
  • 19a Squadriglia 

Gruppo Gasbarrini BT (Agordat) : 12 Ca 133

  • 41a Squadriglia
  • Squadriglia dello Stato Maggiore del Settore Nord (SMSN)

 412a Squadriglia CT (Massaua) : 9 CR 42

 413a Squadriglia CT (Assab) : 9 CR 42

 414a Squadriglia CT (Gura) : 9 CR 42

 

Secteur centre (Addis-Ababa)

4 bis Gruppo BT (Scenele) : 12 S 81

  • 14a Squadriglia
  • 15a Squadriglia

 29 bis Gruppo BT (Assab) : 12 S 81

  • 62a Squadriglia
  • 63a Squadriglia

 44 bis Gruppo BT (Ghiniele) : 12 S 79

  • 6a Squadriglia
  • 7a Squadriglia

 49 bis Gruppo BT (Gimma) : 12 Ca 133

  • 61a Squadriglia
  • 64a Squadriglia 

Squadriglia dello Stato Maggiore del Settore Centrale (SMSC) (Addis-Ababa) : 6 Ca 133 et 2 S 79

110 Squadriglia RT (Dire Daua) : 9 Ro 37bis 

410a Squadriglia CT (Dire Daua) : 9 CR 32 

411a Squadriglia CT (Addis-Ababa): 9 CR 32

Secteur sud (Mogadiscio)

31 bis Gruppo BT (Yavello) : 12 Ca 133

  • 65a Squadriglia
  • 66a Squadriglia

 Squadriglia dello Stato Maggiore del Settore Sud (SMSS) (Mogadiscio) : 6 Ca 133

Groupe de transport

Nucleo Aerotrasporti AOI : 9 SM 73, 9 Ca 133, 6 Ca 148, 1 Fokker FVII