Archives pour la catégorie Uncategorized

5 décembre 1940

Front sud

Trois Ju.86 du No.12 (SAAF) Squadron décollent une reconnaissance armée du secteur Mega — Moyale. À l’issue de la mission, le fort de Mega est bombardé, quoique sans succès, mais le n° 656 est touché au moteur droit. Ce dernier coupe peu après et l’appareil est contraint à un atterrissage forcé à 60 km au sud de Mega, en territoire italien. Après l’atterrissage forcé, trois membres d’équipages restent près de l’épave, tandis que trois autres décident de prendre, à pied, la direction du sud dans l’espoir de rejoindre une patrouille avancée des King’s African Rifles. Les deux autres Ju.86 rentrent à Nanyuki à 15 h 25 et une recherche intensive est lancée par les No.11 et No.12 (SAAF) Squadron. Il faudra attendre le 10 décembre pour qu’un appareil trouve enfin l’épave et les trois hommes d’équipage (Flight Sergeant J.W. Armstrong, Arthur R. Ingle et Air Mechanic T. A.C. Cockilin) abrités sous un arbre. Des rations alimentaires sont immédiatement larguées, tandis que des éléments de la 2nd (South Africa) Infantry Brigade sont envoyés depuis le fort de Marsabit. Ils sont de retour au Kenya le 13 décembre avec des aviateurs épuisés par huit jours d’attentes. Le pilote, le Lieutnant Vermeulen, est cependant toujours porté disparu avec les deux autres membres d’équipages qui l’ont accompagné dans la marche vers le sud. Les recherches continuent, donc elles évoluent tragiquement lorsque le Fairey Battle Mk I L5176 n° 918 s’écrase, tuant tout l’équipage (Lieutnant Murdock MacDonald, Flight Sergeant Paul C. Marais). Le corps du Lieutnant P.H. Vermeulen sera finalement trouvé sans vie quelques mois plus tard, tandis que les deux autres sont toujours portés disparus (Warrant Officer Marcus M. Hough et Air Sergeant William Roller).

Cet évènement tragique conduit la SAAF a adopté plusieurs résolutions pour les missions menées au-dessus du territoire italien. Désormais, avant chaque mission une ou plusieurs zones, selon la distance, doivent être déterminées, en accord avec les troupes au sol, pour permettre l’atterrissage forcé d’appareils endommagés afin de faciliter les recherches, et l’arrivée des secours. En parallèle, les membres d’équipages ont instruction de rester à proximité immédiate de l’épave sauf situations particulières. L’équipement est, en outre, renforcé puisque les équipages reçoivent désormais des cartes supplémentaires couvrant l’ensemble du territoire, tandis que la fourniture d’une cage de pigeons est envisagée afin de permettre une meilleure communication avec les troupes au sol. Cette pratique n’est pas nouvelle au sein de la SAAF puisque les Squadrons de la Coastal Air Force en Afrique du Sud utilisent déjà cette solution. Une première expérimentation avec 200 oiseaux aura lieu à partir de février 1941 [1].

Cinq Hawker Hurricane du No.3 (SAAF) Squadron sont envoyés au Soudan, sous les ordres du Major Laurence A. Wilmot, pour rejoindre le No.1 (SAAF) Squadron, dont il prend le commandement. Comme précédemment, ils décollent à 7 h 10 en compagnie d’un Ju.52.

Le No.14 (SAAF) Squadron est déclaré opérationnel, en ce jour, sur Glenn Martin. L’unité est composée des Officiers suivants : Major Charles E. Martin (commandant), Captain C.R. Thompson (Adjudant), Captain T.A.R. Terreblanche, Lieutnant Miles Barnby, B. Brain, Owen G. Davies, H.A. Launder, F.W.J. Maxwell, John N. Robbs, R. Tennant. Une première mission est effectuée lorsqu’un des Glenn Martin (Major Charles E. Martin, Lieutnant H.A. Launder et Warrant Officer Farr) décolle, à 7 h 15, de Nakuru pour une reconnaissance photographique de Kismaayo. La mission est réussite, malgré une tentative d’interception par un chasseur italien.

Pertes alliées
No.12 (SAAF) Squadron Ju.86 n° 656 Lieutnant P.H. Vermeulen, Warrant Officer Marcus M. Hough et Air Sergeant William Roller (portés disparus).

Flight Sergeant J.W. Armstrong, Arthur R. Ingle et Air Mechanic T.A.C. Cockilin.

Atterrissage forcé, après une perte de moteur (DCA), à 60 km au sud de Mega.

[1] No.12 (SAAF) Squadron : War Diary. Kew : TNA, AIR/54/4 ; December – Narrative Northern Operations SAAF. Kew : TNA, AIR/54/9 ; BROWN, James Ambrose. A Gathering of Eagles : The campaigns of the South African Air Force in Italian East Africa (1940 – 1941). Cape Town : Purnell and Sons, 1970. p.97 à 98 ; MCLEAN, Steven. Squadrons of the South African Air Force and their aircraft (1920 – 2005). Cape Town : [s.n.], 2005. p.123 et 131 ; SHORES, Christopher ; RICCI, Corrado. Dust Clouds in the Middle East – The Air War for East Africa, Iraq, Syria, Iran and Madagascar, 1940 – 1942. London : Grub Street, 2010 (Reprinted). p. 81 ;

News 18/01/17

SAAF East Africa

SCHOEMAN, Michael. Springbok Fighter Victory – SAAF Fighter Operations (1939 – 1945). Volume 1 : East Africa (1940 – 1941). Nelspruit : Freeworld Publications. 188 p.

1

Il s’agit du premier volume d’une série de six volumes consacrée à l’historique des Squadrons de chasse de la South African Air Force durant la Seconde Guerre mondiale. Ce volume traite, comme l’indique son sous-titre, exclusivement des opérations aériennes en Afrique de l’Est. Les Sud-Africains ont, en effet, engagé quatre Squadron durant la campagne, en l’espèce le No.1 (SAAF) Squadron au Soudan, les No.2 (SAAF) Squadron et No.3 (SAAF) Squadron au Kenya, ainsi que le No.4 (SAAF) Squadron à la toute fin. Ces unités ont opérés sur une série d’appareils différents allant du Hawker Fury, au Gloster Gladiator, au Hawker Hurricane et au Curtiss Mohawks.

Cet ouvrage est clairement une référence pour toute personne s’intéressant au sujet, car il offre une présentation très complète des opérations aériennes, mais surtout il corrige et complète les informations présentes dans d’autres livres plus anciens (notamment Dust Clouds ou A Gathering of Eagles). Il s’agit, ainsi, de la publication la plus complète existant actuellement sur le sujet. Il convient, cependant, de rappeler que le propos est uniquement consacré sur la chasse sud-africaine, les autres spécialités ou forces aériennes n’étant évoquées que lorsque nécessaire. Le livre est complété par de très nombreuses photographies, dont une grande partie inédite (tout au moins à la date de publication). S’y ajoute aussi deux annexes qui sont aussi des références absolues : une liste avec les noms de l’ensemble des pilotes de chasse sud-africain durant la guerre, ainsi qu’une table citant l’ensemble des événements connus (victoires, pertes et incidents). On pourra, certes, regretter parfois le parti pris de l’auteur très pro sud-africain, ce qui le conduit parfois à adopter une vision quelque peu faussée de la Regia Aeronautica. Mais, à part cet aspect, il est difficile de trouver une critique négative à faire. On est clairement sur l’ouvrage référence pour analyser l’action de la chasse sud-africaine (et indirectement du rôle de ce pays).

À noter, pour information, qu’il s’agit de ce livre acheté totalement au hasard, en 2013, qui m’a fait découvrir l’existence de ces affrontements aériens en Afrique de l’Est. Je dois reconnaître mon ignorance totale de cet aspect de la Seconde Guerre mondiale avant cet achat (sauf le vague souvenir d’une bande dessinée de Hugo Pratt « Dans un ciel lointain » emprunté lorsque j’étais gamin par mon père au centre culturel français de Niamey au Niger). Et c’est la lecture de ce livre, qui m’a progressivement conduit à vouloir en apprendre davantage sur le sujet en découvrant les autres aspects de ces affrontements aériens.

4 décembre 1940

Front nord

Le Blenheim Mk IV R2770 (Flying Officer Thomas G. Rhodes, Sergeant Maurice E.F. Hitchin et Sidney C. Lewis), du No.14 (RAF) Squadron, décolle à 4 h 30 pour effectuer une mission de reconnaissance de la zone Danas — Dambe Wadi. En vue de la prochaine offensive de début 1941, l’unité est désormais chargée de procéder à une série de photographies aériennes des voies de communication en Érythrée. Afin de mener ces actions, le Squadron développe une tactique par l’utilisation de bombardement de diversion afin d’attirer les chasseurs italiens et ainsi faciliter la tâche à l’aviation de reconnaissance. Ainsi, en cette journée, un premier Blenheim (R3899, Flying Officer Murray MacKenzie) décolle une demi-heure plus tôt pour attaquer la gare d’Adarte. Si un coup direct est signalé sur l’objectif, ce raid ne réussit pas à distraire les Italiens. Le Blenheim MkIV R2770 tombe, près de Ginda, sous les coups de l’infatigable Tenente Mario Visintini de la 412a Squadriglia[1].

Deux nouveaux Gloster Gladiator Mk II sont encore livrés au K Flight, les N5833[2] et N5895[3][4].

Front sud

Le No.2 (SAAF) Squadron continue de perdre des pilotes et avions puisque les Lieutnant Thomas Condon, E.A. Jarvis et P.H. Smith sont transférés auprès du No.1 (SAAF) Squadron.

Pertes alliées
No.14 (RAF) Squadron Blenheim Mk IV R2770 Flying Officer Thomas G. Rhodes, Sergeant Maurice E.F. Hitchin et Sidney C. Lewis (tués) S’écrase, combat aérien ; près de Ginda.
Revendications Italie
412 a Squadriglia 1 Blenheim Tenente Mario Visintini (Fiat CR.42) Près de Ginda.

[1] No.14 (RAF) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kew : TNA, AIR 27/192 ; NAPIER M. Winged Crusaders : The Exploits of 14 Squadron RFC & RAF 1915 – 1945. Barnsley : Pen & Sword, 2013 ; SHORES, Christopher ; RICCI, Corrado. Dust Clouds in the Middle East – The Air War for East Africa, Iraq, Syria, Iran and Madagascar, 1940 – 1942. London : Grub Street, 2010 (Reprinted). p. 81 ; EUSEBI E., LAZZARO S., SLONGO L. Le vittorie aeree di Mario Visintini in Africa Orientale, in Storia Militare, n°246, 2014, p. 62 ; GUSTAVSSON, Håkan. Capitano Mario Visintini Medaglia d’oro al valor militare. Biplane Fighter Aces from the Second World War [Consulté le 18/01/17]. http://surfcity.kund.dalnet.se/italy_visintini.htm

[2] Il sera reversé par la suite au Aden Station Flight (Khormaksar), puis au No.1412 (Met) Flight (Khartoum). Il est détruit, le 27 avril 1942 au décollage.

[3] Il sera reversé par la suite du No.94 (RAF) Squadron, avant de rejoindre à une date ultérieure la base aérienne de Habbaniya (Irak).

[4] K Flight : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kew : TNA, AIR 29/858.

 

3 décembre 1940

Front nord

Deux S.79 du 4bis Gruppo (14 a Squadriglia) sont transférés de Dire Dawa à l’aérodrome de Gura[1].

Front sud

Cinq Gloster Gladiator (Captain Garald J. le Mesurier, Lieutnant John L Hewitson[2], Robin Pare, Servaas de Kock Viljoen et Leonard le Clues Theron) décollent de Azaza, à 10 h 45. Le Lieutnant Theron est, cependant, rapidement contraint de devoir rentrer à Azaza suite à des problèmes moteurs. Il retrouve peu après trois Hawker Hardy du No.237 (Rhodesia) Squadron : K4318 (Flight Lieutnant Neville S. Tyas, Sergeant H.L. Maltas), K4314 (Flying Officer Ted Jacklin ; Sergeant Rhodes W. Horobin) et K4316 (Flying Officer Alexander T.R. Hutchinson ; Sergeant J.G.P. Burl. Ils sont chargés d’attaquer plusieurs dépôts de carburant et munition dans le secteur Gallabat – Metemma, ainsi que larguer plusieurs tracts de propagande. Sur le chemin du retour, un S.79 est engagé au-dessus de Gedaref par les Sud-Africains, mais sans résultats.

Pertes alliées
No.1 (SAAF) Squadron   Lieutnant Leonard le Clues Theron (Gladiator) Rentre à sa base suite à un problème moteur.

[1] DUNNING, Chris. Courage Alone, The Italian Air Force 1940 – 1943. Aldershot : Hikoki Publications, 1998, p.30.

[2] À noter que si le War Diary du No.1 (SAAF) Squadron mentionne le nom du Lieutnant John L. Hewitson pour cette sortie, cette dernière n’apparait pas son logbook où seul le transfert entre Khartoum et Azoza est signalé.

2 décembre 1940

Front nord

Le K Flight reçoit trois Gloster Gladiator Mk II supplémentaires, en l’occurrence les N5629[1], N5896[2] et N5917[3], ils sont accompagnés par un nouveau pilote le Pilot Officer Alan Tofield[4]. Dans le même temps, les Flying Officer Robert H. Chapman et Pilot Officer Gordon A. Wolsey sont transférés à Khartoum pour rejoindre le No.1 (SAAF) Squadron. Le détachement sera, cependant, très court puisqu’ils seront de retour dès le 10 décembre sans avoir été déployé avec les Sud-Africains, ces derniers souhaitant conserver au maximum l’aspect national de leurs Squadrons[5].

Front sud

Le Lieutnant Denis R. F. van Blerk quitte le No.2 (SAAF) Squadron à cette date pour rentrer en Afrique du Sud pour suivre une formation sur bimoteurs. Le rédacteur du War Diary ne peut s’empêcher de « signaler sa chance de pouvoir passer Noël à la maison ».

[1] Il est reversé, par la suite, au No.94 (RAF) Squadron, puis au No.112 (RAF) Squadron où il sera perdu en avril 1941 lors des opérations en Grèce.

[2] Reversé au No.94 (RAF) Squadron, il est envoyé ultérieur sur la base aérienne de Habbaniya où il sera radié le 26 avril 1946.

[3] Il est transféré au Aden Station Flight (Khormaksar), puis au No.112 (RAF) Squadron où il sera perdu en Grèce probablement en avril 1941.

[4] Il trouvera la mort, le 20 octobre 1944, auprès du No.81 (RAF) Squadron suite à un problème moteur lors de l’atterrissage à bord du Spitfire Mk VIII MD346, près de Minneriya (Sri Lanka). Forum Rafcommands : http://www.rafcommands.com/forum/showthread.php?17705-F-Lt-Alan-Tofield- (42 324) — KOAS-20-10-1944

[5] K Flight : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kew : TNA, AIR 29/858.

 

1er décembre 1940

Front nord

Les Français rattachés au No.8 (RAF) Squadron continue leurs vols à bord du Glenn Martin 167 F n° 102 (Flight Lieutnant Jacques Dodelier, Warrant Officer Yves Trécan, Flight Sergeant Ronan Michel et Flight Sergeant Joseph Portalis[1]) avec une reconnaissance du secteur : Assab – Barasoh – Edd – Thio – Meder, entre 8 h et 11 h 35[2].

[1] Il est à noter que, depuis la fin novembre, les Français de ladite escadrille d’Aden apparaissent dans l’ORB du No.8 (RAF) Squadron sous des noms d’emprunt. Ainsi, James Boulat pour Jacques Dodelier, Gallipot pour Yves Trécan, Nanor pour Ronan Michel, Beaumont pour Joseph Portalis et Cunival pour Robert Cunibil.

[2] No.8 (RAF) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kiew : TNA, AIR 27/114.

30 novembre 1940

Front nord

La veille, trois Gloster Gauntlet du No.430 (RAF) Flight (Flying Officer James E. Dennent, Pilot Officer Arthur N.W. Johnstone et Reeves) atterrissent sur le terrain d’Azaza. Ils sont chargés, durant la journée du trois, effectués une série de trois missions d’attaque au sol contre des troupes italiennes dans le secteur Coma – Wahni (le long de la route vers Gedaref) vers 7 h, 13 h 30 et 15 h 30. A chaque fois, trois Gloster Gladiator, du No.1 (SAAF) Squadron sont en charge de l’escorte. Le Lieutnant John L. Hewitson participe aux trois sorties, à bord du N5824, comme l’indique son carnet de vol. Les sorties sont signalées comme des succès et aucun appareil adverse n’est signalé[1].

L’ORB du No.223 (RAF) Squadron fournit, à cette date, quelques informations sur les conditions météorologiques prévalant au Soudan et dans la zone d’opération de l’Érythrée/Ouest éthiopien durant ce mois de novembre. Il apparaît un vent soufflant depuis le nord pouvant atteindre 32 à 56 km/h et ayant tendance à augmenter vers la fin du mois. En parallèle, une très forte couche nuageuse est signalée de l’ordre de 8/10 à 10/10. Cette situation est, en outre, aggravée par la géographie locale des hauts-plateaux et montagne de l’Érythrée et de l’Ouest éthiopiens, notamment pour les très nombreux vols de nuit, ce qui explique aussi les résultats très mitigés des bombardements. Enfin, on enregistre une certaine chute des températures qui passe de 30 °C au premier du mois, à 15 °C le 30 novembre[2].

Le No.237 (Rhodesia) Squadron est provisoirement scindé en deux. Le A Flight reste à Gordon’s Tree, tandis que le B Flight rejoint Goz Regeb[3].

Front sud

Une bonne nouvelle attend les équipages du No.40 (SAAF) Squadron, suite aux dégâts subis par les Hartbees et leurs équipages face aux tirs venant du sol. Après avoir examiné la demande depuis octobre, le commandement sud-africain décide d’autoriser la fixation de plaques de blindages au niveau du cockpit, ainsi qu’à l’arrière pour protéger le mitrailleur.

[1] No.1 (SAAF) Squadron : War Diary. Kew : TNA, AIR/54/1.

[2] No.47 (RAF) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kiew : TNA, AIR 27 / 463 ; No.223 (RAF) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kiew : TNA, AIR 27 / 1374.

[3] No.237 (Rodesia) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kiew : TNA, AIR 27/1450

Hewitson 11Logbook du Lieutnant John L. Hewitson, No.1 (SAAF) Squadron

29 novembre 1940

Front nord

Pour une fois les Wellesley sont employés en nombre avec pas moins de douze sorties pour bombarder Danghila (Éthiopie), entre 8 h 10 et 12 h 15. En l’occurrence, il s’agit de sept Wellesley du No.47 (RAF) Squadron (cinq décollant de Khartoum et deux de Sennar) et cinq autres du No.223 (RAF) Squadron. L’un des avions de cette dernière unité est, cependant, contraint à un atterrissage forcé après le décollage suite à un problème technique. Chose rare, le bombardement est effectué, à 10 h 5, en formation par les onze Wellesley depuis une altitude d’environ 3 000 mètres. Un avion, du No.47 (RAF) Squadron, est légèrement endommagé, par la défense antiaérienne, quoique l’ORB n’indique pas son identité. Une fois de plus, cependant, l’évaluation des dégâts occasionnés reste difficile à établir, les rapports se limitant à évoquer plusieurs départs de feu au sol[1].

La présence d’un S.79 est signalée, à plusieurs reprises, à partir de 10 h, au-dessus des différents terrains avancés de la frontière soudanaise. Trois pilotes du No.1 (SAAF) Squadron décollent sur alerte, Captain Gerald J. le Mesurier, Lieutnant Robin Pare et John L. Hewitson (N5824), mais le bombardier italien reste introuvable.

Front sud

Un rapport de la SAAF[2] indique le décompte des appareils disponibles à cette date :

  • 2 (SAAF) Squadron : cinq Hurricane et 4 Hawker Fury (dont 6 en maintenances – réparation) ;
  • 3 (SAAF) Squadron : 15 Hurricane (dont 2 en maintenance – réparation) ;
  • 11 (SAAF) Squadron : 10 Fairey Battle (dont 2 en maintenance – réparation) ;
  • 12 (SAAF) Squadron : 11 Ju.86 (dont 2 en maintenance – réparation) ;
  • 40 (SAAF) Squadron : 12 Hartbees (dont 13 en maintenance – réparation) ;
  • Réserves : cinq Hurricane (bloqué à Khartoum) et trois Fairey Battle.

Pertes alliées
No.47 (RAF) Squadron Wellesley   Un appareil légèrement endommagé par la DCA ; Danghila.
No.223 (RAF) Squadron Wellesley   Atterrissage forcé après le décollage suite à un problème moteur ; Summit.

[1] No.223 (RAF) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kiew : TNA, AIR 27/1373.

[2] Télégramme A 261 (29 november). Kew : TNA, AIR 27 / 1373.